Débat relatif au marché de l’art en France

Musée, illustrationPatrick Hetzel s'est exprimé en commission des affaires culturelles au cours du débat relatif au marché de l'art en France

«  Le marché de l'art est une question très géopolitique puisque la France est en concurrence avec trois autres grandes nations en la matière : les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Chine et l'on peut légitimement parler d'une guerre pour l'art. Je m'inquiète beaucoup de l'évolution de la situation française. En effet, comme le relèvent régulièrement dans la revue Commentaire les universitaires Jean-Pierre Daviet et Pierre Grégory, l'expertise d'Etat en France en matière d'art est en danger. Pour illustrer mon propos, trois exemples. En premier lieu, nous avons tous été frappés par le scandale du faux mobilier ancien de Versailles qui montre que l'expertise était défaillante. En deuxième lieu, nous avons aussi été marqués par les controverses liées à l'apparition d'un soit disant tableau du Caravage à Toulouse. Est-il vrai ou faux ? En la matière, il n'y a jamais de certitudes mais les avis contradictoires sont tels que l'on se demande pourquoi l'expertise d'Etat est aujourd'hui aussi faible et ne permet pas d'avoir un avis plus affiné. Troisième et dernier exemple, le cas d'un Rembrandt pour lequel l'Etat a longuement tergiversé pour se prononcer. Ne sachant pas quelle était son importance et sa valeur réelle et par voie de conséquence, fallait-il interdire sa sortie du territoire nationale ou non. Il devient urgent pour notre pays de disposer d'un niveau d'expertise plus affirmé ».