Actualités

Des annulations de crédits inacceptables

Billets qui s'envolentEn commission des finances, le secrétaire d'Etat en charge du budget a présenté, mercredi 18 mai, un décret budgétaire portant ouverture et annulation de crédits à titre d'avance.

Ce décret acte de nouvelles dépenses du gouvernement en matière de migrants, d'agriculture et d'emploi. Pour effectuer ces dépenses, le gouvernement a proposé d'annuler des crédits budgétaires votés en loi de finances initiale pour 2016. Patrick Hetzel s'est étonné des choix gouvernementaux : comment se fait-il que des crédits de la justice soient annulés à hauteur de 50 millions d'euros alors que durant le week-end le Garde des Sceaux avait annoncé qu'il avait obtenu un dégel budgétaire à hauteur d'une centaine de millions d'Euros ? Ensuite, alors que l'enseignement supérieur et la recherche a été déclaré comme une priorité du gouvernement, 25% des annulations de crédits de ce décret portent sur ce secteur, soient 256 millions d'euros d'annulations, dont 64 millions au CEA, 50 millions au CNRS et 10 millions  à l'INRA. Comment peut-on considérer ce secteur comme prioritaire et annuler autant de crédits ? La situation est en train de se dégrader très sérieusement dans les organismes de recherche ce qui est inacceptable pour un secteur aussi stratégique.