Actualités

French Days et e-commerce : attention aux dérives

Patrick Hetzel vient d'alerter sous forme de question écrite, le ministre de l'économie et des finances sur les ventes bradées intitulées "French Days".
Ces dernières ont été initiées avec le soutien du gouvernement pour la première fois le week-end du 1er mai 2018. Journées de ventes bradées, essentiellement sur le net, mais qui sont reprises par les succursales et les géants de la distribution dans les commerces physiques et perturbent le consommateur, l'équilibre commercial, constituent une concurrence totalement déloyale par rapport au commerce physique ou digital respectueux de la législation en vigueur.
En effet en dehors de la période des soldes, aucun commerçant n'a le droit de vendre à perte en France. Il faut réguler efficacement et permettre aux acteurs économiques de cœur de ville de pouvoir exercer leur métier et de faire face aux charges de leurs entreprises dans la durée.
Les moyens des acteurs du commerce digital sont si puissants qu'ils réussiront à imposer ces nouvelles périodes de ventes si rien n'est fait de la part de l'Etat.
Ils feront de gros dégâts partout en France mais encore plus particulièrement dans nos territoires ruraux si des mesures de régulation de cette concurrence déloyale faite au commerce traditionnel ne sont pas prises rapidement. Patrick Hetzel souhaite donc savoir ce que le gouvernement compte entreprendre afin de réguler enfin cette dérive anormale qui, de surcroît, est liée à une asymétrie exorbitante entre le poids et la taille des acteurs économiques concernés.