Actualités

Proposition de loi sur les préenseignes dérogatoires

Pré-enseigne, illustrationPatrick Hetzel a cosigné une proposition de loi visant à inclure dans le champ des préenseignes dérogatoires les activités de restauration et d'hôtellerie, les commerces alimentaires et les distributeurs de carburant.

La loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement (loi ENE) a fixé les prescriptions applicables aux publicités, aux enseignes et aux préenseignes, qui figurent à l'article L581-19 du code de l'environnement. Pour mémoire, la publicité et les préenseignes sont interdites hors agglomération et dans les agglomérations de moins de 10 000 habitants. Un régime de préenseignes dérogatoires existait précédemment notamment pour « les activités particulièrement utiles pour les personnes en déplacement » et a été révisé, accordant un délai de cinq ans à compter de son entrée en vigueur. De ce fait, depuis le 13 juillet 2015, ne sont autorisées à se signaler par des préenseignes dérogatoires que les activités en relation avec la fabrication ou la vente de produits du terroir, les activités culturelles ainsi que les monuments classés ou inscrits au titre des monuments historiques ouverts à la visite, et, à titre temporaire, les opérations et manifestations exceptionnelles. Si la préservation des paysages est un objectif louable, nous ne devons pas pour autant en oublier les considérations économiques. Le fait de limiter les préenseignes dérogatoires a pour effet de fragiliser de nombreux établissements et commerces en milieu rural qui, n'étant plus signalés, se sont vus de fait, privés d'une clientèle de passage. Il conviendrait donc d'élargir les activités autorisées à être signalées par les préenseignes dérogatoires à toutes celles qui contribuent à l'attractivité d'une commune et en particulier les activités de restauration et d'hôtellerie, les commerces alimentaires et les distributeurs de carburant.

Ces entreprises qui jouent un rôle essentiel dans l'économie des communes rurales et assurent tout au long de l'année un service essentiel à la population comme aux personnes en déplacement ont besoin d'être signalées pour bénéficier d'une clientèle plus nombreuse. Il est également indispensable d'ouvrir ce dispositif dérogatoire aux restaurants et aux hôtels dont les préenseignes permettaient d'attirer jusqu'à 30 à 50 % de la clientèle dans les communes les plus petites. L'information qui était assurée par ces préenseignes ne peut être compensée par le seul usage des outils numériques. C'est pourquoi cette proposition de loi a pour objectif de conforter l'activité de ces entreprises qui contribuent à la vie économique et à l'animation des territoires ruraux.