Education | Formation | Culture

Page 1 sur 2 : 1  2   | page suivante

Patrick Hetzel débat de la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel »

Au nom du groupe Les Républicains, Patrick Hetzel était présent toute la semaine dans l'hémicycle pour défendre un certain nombre d'amendements. Il a déploré que sur ce texte, il y avait un énorme décalage entre la communication gouvernementale et le contenu réel du texte qui ne sera absolument pas à la hauteur des enjeux affichés.

Voir les principaux amendements défendus en pièce jointe

 

 

Motion sur l'interdiction de l'usage du téléphone portable

La proposition de loi relative à l'interdiction de l'usage du téléphone portable du groupe La République en Marche a donné lieu à une motion de renvoi en commission de la part du groupe les Républicains à l'Assemblée nationale. Cette motion a été défendue par Patrick Hetzel et portait principalement sur le fait que ce texte était parfaitement inutile dans la mesure où la loi prévoit déjà, et ceci depuis 2010, une possible interdiction du téléphone portable dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges.

Voir l'intégralité de la prise de parole

 

 

Patrick Hetzel cosigne une tribune dans le journal líOpinion

Suite à l'annonce de la fermeture des rectorats de Poitiers et de Limoges, Patrick Hetzel a cosigné une tribune avec Martine Daoust, ancien recteur, dans le Journal L'Opinion afin de dénoncer la vassalisation en marche des territoires ruraux .

Lire la Tribune

 

 

CAP dans le domaine de líhôtellerie, de la restauration et des cafés

 

Patrick Hetzel vient de poser une question écrite à la ministre du travail sur une conséquence néfaste de la refonte d'un CAP dans le domaine de l'hôtellerie, de la restauration et des cafés. En effet, pour une question de cohérence, le Ministère de l'Education nationale, en liaison avec les professionnels concernés, a fondu les CAP « restaurant », « services hôteliers », et « services en brasserie-café », en un seul CAP de « commercialisation et services en HCR ». La profession estime qu'à la rentrée scolaire 2018, elle devrait pouvoir accueillir des jeunes qui ont effectué l'intégralité de leur scolarité au collège, tout en étant encore mineurs. Cela représentera 3 000 à 4 000 jeunes à l'échelle de l'Hexagone. Or à ce jour, l'administration du ministère du travail considère que ce nouveau CAP sera interdit à des jeunes de moins de 16 ans. A l'heure où le gouvernement veut à la fois développer l'apprentissage et l'industrie touristique française, priver plusieurs milliers de jeunes d'une voie professionnelle intéressante est lourd de conséquences. Aussi, il lui demande s'il est prévu d'instaurer un dispositif dérogatoire.

 

 

 

Renforcer l'encadrement du régime déclaratif d'ouverture des établissements scolaires privés

Lors du débat concernant la proposition de loi visant à simplifier et mieux encadrer le régime d'ouverture et de contrôle des établissements privés hors contrat, Patrick Hetzel est intervenu sur ce texte dont l'objectif est de renforcer l'encadrement du régime déclaratif d'ouverture des établissements scolaires privés, sans pour autant aller vers un régime d'autorisation qui serait attentatoire à la liberté d'enseignement, qui est un principe de valeur constitutionnelle.

Il a affirmé avec ses collègues du groupe Les Républicains ne pas être opposés à ce texte car il préserve les équilibres tout en restant protecteur de la liberté d'enseignement.

L'article 1er détaille la procédure déclarative de création d'un nouvel établissement scolaire. Le texte a strictement et précisément définit les motifs à l'exercice du droit de l'État d'opposition à l'ouverture d'une école. La finalité de la proposition de loi est bien de renforcer les moyens de l'ordre public, et de protéger les enfants contre des dérives radicales, mais pas de s'immiscer dans les choix pédagogiques. Aussi, les Républicains ont souhaité que soit impérativement écarté des motifs d'opposition, toute référence à la pédagogie. Pour une plus grande sécurité juridique du dispositif, le Sénat est allé jusqu'à définir les modalités du contrôle et les pièces constitutives du dossier d'ouverture, tout en rappelant son attachement au respect de la liberté pédagogique.

La nouvelle rédaction de l'article 2 vise à renforcer le contrôle a posteriori des établissements hors contrat, sous l'autorité conjointe du préfet et des services de l'Éducation nationale. Le groupe Les Républicains veillera à ce que cette vigilance accrue de l'administration ne se transforme pas en tracasseries administratives inutiles pour les établissements.

Quant à l'article 3, il détaille les conditions de diplôme et d'expérience exigibles aux personnes qui vont diriger un établissement scolaire privé, puis celles exigibles pour enseigner dans ces établissements.

Le Groupe les Républicains est favorable à l'adoption du texte dans sa version initiale telle qu'issue du Sénat. 

 

 

 

Réforme du baccalauréat : Patrick Hetzel restera vigilant quant à son application

Patrick Hetzel approuve cette réforme sur le principe. Le programme présidentiel de François Fillon proposait une réforme très similaire (baccalauréat réduit à 4 épreuves etc.). Cependant, il restera vigilant quant à son application :

  • Le fait que les épreuves sur les spécialités aient lieu au printemps font perdre deux à trois mois d'enseignement aux élèves.
  • Il est prévu que le contrôle continu se fasse en utilisant des copies anonymisées et par des professeurs qui ne sont pas ceux des élèves. C'est un minimum, encore faut-il que la mise en place de ces conditions soit réellement effective. Il faut être conscient que la notation peut varier sensiblement d'un établissement à un autre (les échanges de copies se feront-ils au sein des établissements ? Entre les établissements ?).
  • L'épreuve orale ne doit pas être qu'une mesure permettant de faire des économies et ne doit pas avoir un poids trop important dans la notation. L'exigence d'un niveau de français correct à l'écrit reste essentielle. Il ne faudrait pas non plus qu'il s'agisse d'une nouvelle version des TPE (travaux personnels encadrés) dont la pertinence reste très discutable…
  • La question des moyens relatifs à la mise en place des nouveaux enseignements n'est pas abordée (recrutement, formation des professeurs etc.).

D'une manière générale:

  • On peut s'étonner de la méthode du Gouvernement sur les réformes relatives à l'éducation : on réforme l'accès à l'université sans réformer l'université, on réforme le bac sans vraiment réformer l'apprentissage des connaissances au lycée, et le tout se fait sans toucher à l'école primaire et au collège, c'est-à-dire, la base. Il y a un risque qu'il ne s'agisse que de « tuyauterie » dans un bel écrin de communication.
  • Quid des exigences quant aux fondamentaux ? Quid des programmes ? Quid des questions de discipline, de rigueur et de respect ? Tout cela est censé arriver prochainement mais pour l'instant on ne peut que s'en remettre à la parole du ministre.
  • La ministre de l'enseignement supérieur a expliqué que la réforme du bac n'avait pas vocation à le rendre plus sélectif (France info 14/02/18). Cette approche n'est pas rassurante quand on sait que le tristement célèbre « 80% d'une classe d'âge au bac » a conduit à constamment en abaisser le niveau…

Face aux nombreuses parts d'ombres qui subsistent, la vigilance s'impose.

 

 

Devenir de France Bleu Alsace et de FIP

France Bleu, logoLa Ministre de la Culture, Mme Françoise Nyssen, a répondu au courrier du 31.05.17 du député Patrick Hetzel :
voir la réponse de la Ministre, datée du 12.12.17.

vendredi 21 juillet 2017

Le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, a répondu au député Patrick Hetzel. Il tient à le rassurer lui précisant "qu'il n'est pas question de revenir sur l'ancrage en Alsace des deux antennes de Radio France qui participent en priorité à l'animation et au suivi de la vie de nos territoires". voir la réponse de Radio France du 13.07.17

vendredi 2 juin 2017

La direction du réseau Radio France aurait confirmé fin mai 2017 en comité central d'entreprise, que son projet de réduction des activités de proximité serait maintenu, c'est-à-dire qu'à partir de la rentrée de septembre 2017, il devrait y avoir 2h45 d'antenne locale en moins. Celles-ci seraient remplacées par des programmes préparés depuis Paris.

Alerté, le député Patrick Hetzel a adressé un courrier au Président Directeur Général de Radio France, radio de service public, pour l'avertir des conséquences d'une telle décision : voir le courrier à Radio France du 31.05.17.
En paralèlle il a écrit à la Ministre de la Culture pour la sensibiliser également : voir le courrier au Ministère de la Culture du 31.05.17.

 

 

 

Questions au Ministre de l'Education nationale

Patrick Hetzel a interrogé le Ministre de l'Education nationale lors de son audition en commission élargie dans le cadre du projet de budget 2018 :

« Monsieur le ministre, dans le cadre de la réforme du baccalauréat que vous avez engagée, une mission a été confiée à M. Pierre Mathiot, ancien directeur de l'Institut d'études politiques (IEP) de Lille. Il y a quelques jours, répondant à des journalistes qui vous interrogeaient sur votre vision de cette réforme, vous avez déclaré que vous souhaitiez un baccalauréat « moins épais, plus concentré ». Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce point ?

Par ailleurs, vous avez indiqué considérer que le redoublement était un outil pédagogique et qu'il ne devait pas s'agir d'une question taboue – ce qui me paraît tout à fait pertinent. Cependant, le « bleu » budgétaire du projet de loi de finances pour 2018 ne traduit aucunement cette orientation, et prévoit même une baisse des redoublements dans les années à venir. Comment expliquez-vous cette contradiction ?

Enfin, les programmes 141 et 139 de la mission « Enseignement scolaire » pour 2018 prévoient une baisse de plus de 85 % des crédits pédagogiques par rapport à 2017, au motif que – un an seulement après l'entrée en vigueur des nouveaux programmes – tous les collégiens seraient équipés de manuels conformes aux nouveaux programmes, notamment dans les disciplines stratégiques que sont les sciences et les langues vivantes. Je veux vous alerter sur le fait que la réalité est bien différente. Ainsi, en région Nouvelle-Aquitaine, 72 % des collégiens n'ont pas de manuels individuels conformes en sciences de la vie et de la terre (SVT), et je pourrais vous donner bien d'autres exemples de ce type. Monsieur le ministre, que comptez-vous faire pour permettre aux collégiens de disposer de manuels conformes aux nouveaux programmes ? »

 

 

 

AESH : permettre les accompagnants d'élèves dans des établissements hors contrat

Accompagnement d'élève en situation de handicapPatrick Hetzel vient de déposer une proposition de loi qui vise à permettre à des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) de suivre des élèves en situation de handicap dans des établissements hors contrat.

En effet, à ce jour, seuls les élèves dans des établissements sous contrat peuvent en bénéficier, ce qui semble discriminatoire pour ces enfants.

 

 

La Rectrice de l'académie de Strasbourg à Sarre-Union

Mercredi 6 septembre 2017, la rectrice de l'académie de Strasbourg, Madame Sophie Bejean, est venue découvrir le lycée Georges Imbert de Sarre-Union, dans le cadre de ses visites de rentrée.

Excellent moment d'échange avec les élèves, l'équipe pédagogique et les cadres de l'académie. C'est un lycée dynamique qui mérite d'être soutenu dans ses projets, notamment les mini-entreprises qui y sont un formidable outil de travail en équipe et de lien entre le lycée et l'environnement économique et social.

Lycée Georges Imbert de Sarre Union, visite de la Rectrice le 06.09.17

Lycée Georges Imbert de Sarre Union, visite de la Rectrice le 06.09.17

La Rectrice Sophie Bejean, le Député Patrick Hetzel, le 1er Adjoint de Sarre-Union Richard Brumm et Monsieur Son Tran Thanh, Proviseur du Lycée Georges Imbert le 06.09.17.

 

 

 
Page 1 sur 2 : 1  2   | page suivante