Actualités

Enseignement Sup. | Recherche

Page 2 sur 3 : page précédente |  1  2  3   | page suivante

Processus de nomination du PDG de l'INRA : Question au Gouvernement

Le combat contre une nomination relevant du conflit d'intérêt à la tête de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) se poursuit et a donné lieu à une nouvelle question au gouvernement de la part de Patrick Hetzel mercredi 6 juillet 2016.



A voir : Article de la journaliste Sophie Coignard - Le Point - Publié le 07.07.16

Texte de la question du 07.07.16 : « Ma question s'adresse à Monsieur le Premier ministre. Elle concerne la nomination du président de l'Institut National de la Recherche Agronomique. En effet, vous persistez à vouloir nommer le directeur de cabinet du ministre de l'agriculture, privilégiant ainsi une nouvelle fois le copinage plutôt que les compétences. En effet, cette nomination pose problème à plusieurs titres.  Tout d'abord, la personne en question n'est pas titulaire d'un doctorat alors que dans le monde scientifique actuel, il est important qu'un directeur d'organisme de recherche soit titulaire d'un doctorat, diplôme qui crédibilise son niveau de compétence scientifique. De plus, le signal envoyé à la communauté scientifique serait détestable et d'ailleurs un collectif très important de scientifiques de renom demande le retrait de cette candidature.  Sans compter que ce matin même, nous venons d'apprendre la démission du président du conseil scientifique de l'INRA qui est le président de la prestigieuse université Paris 5 Descartes. Quel mépris pour la science ! Mais bien plus grave encore, une telle nomination serait purement et simplement illégale. En effet, un directeur de cabinet en exercice, candidat à la tête d'un établissement public dont il assure par ailleurs la tutelle par délégation directe du ministre, est en situation caractérisée de conflits d'intérêts. Vous commettez donc une double faute : juridique d'une part et morale et éthique d'autre part. Alors Monsieur le Premier ministre : à quand la République irréprochable dont vous parlez tant ? »


Vendredi 20 mai 2016

Nomination politique à la tête de l'INRA : Patrick Hetzel interpelle le Premier ministre
(voir vidéo ci-dessous).

Face aux inquiétudes au sujet d'une nomination politique à la tête de l'INRA, l'Institut Nationale de Recherche Agronomique, Patrick Hetzel a tenu à interroger directement le Premier ministre lors de la séance de questions au gouvernement du mardi 17 mai :

« Ma question s'adresse à Monsieur le Premier ministre. J'aurais pu vous interroger au sujet de la nomination de la belle fille de Jean-Pierre Jouyet mais je vais vous interroger au sujet de la prochaine nomination du PDG de l'INRA. En effet, l'Institut National de Recherche Agronomique  est une très belle institution de recherche et sa reconnaissance scientifique est internationale. Pour notre pays, notre science et notre agriculture, les enjeux économiques et sociaux d'une recherche agronomique de très haut niveau sont essentiels.  Jusqu'à présent celles et ceux qui ont dirigé cette institution avaient la particularité d'être eux-mêmes des chercheurs reconnus et incontestés. Ils étaient des managers mais aussi des chercheurs. Or il semblerait que vous cherchiez à nommer quelqu'un qui n'a pas du tout ce profil. En l'occurrence le directeur de cabinet de Monsieur Le Foll. Quelqu'un qui est un apparatchik et non pas un scientifique. Quel mépris pour la science et la recherche !  Je m'adresse donc aujourd'hui à vous pour vous demander l'exemplarité du processus de nomination du futur PDG de l'INRA. Il est essentiel que tous les candidats, incluant le PDG actuel s'il le désire, puissent présenter leurs qualifications, leurs motivations et leur vision pour la recherche agronomique future devant un comité de sélection impartial. Monsieur le Premier ministre, la science française mérite mieux que vos petites combines ! ».

Question Gouvernement de Patrick Hetzel le 17.05.16 au sujet du processus de nomination du futur PDG de l'INRA

 

 

Orientations gouvernementales en matière de recherche

Recherche illustrationPatrick Hetzel a interrogé le secrétaire d'Etat en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche, Thierry Mandon, sur les orientations gouvernementales en matière de recherche.

« Monsieur le Ministre, je voudrais aujourd'hui vous interroger sur vos pas de tangos récents.
En premier lieu, le gouvernement avait procédé à des annulations de crédits pour la recherche à hauteur de 250 Millions d'Euros. Puis, suite à une intervention de 7 Prix Nobels, le président de la République a annulé l'annulation de ces crédits.
Pouvez-vous nous indiquer comment vous expliquez ces pas de tango de votre part : annulation puis rétablissement ? Quelle est votre véritable politique ? Quelle est votre vision ? Comme l'a indiqué le président du CNRS, il y a un important  besoin de financement de la recherche or vous semblez complétement naviguer à vue en la matière.
En second lieu, le gouvernement a indiqué il y a quelques semaines, dans le prolongement des propositions du jury international concernant les IDEX (Initiatives d'Excellence) développées au sein du programme des investissements d'avenir, que vous respecteriez rigoureusement les propositions du jury international.
Et là aussi, nouveau pas de tango ces derniers jours, où vous indiquez que vous allez malgré tout financer des projets pour lesquels le jury préconisait pourtant un désengagement partiel de l'Etat.
Quelle est votre politique en la matière car je dois avouer qu'elle est assez illisible et incompréhensible ? »

 

 

Mission d’évaluation et de contrôle (MEC) sur les programmes d’investissements d’avenir (PIA) finançant la transition écologique

IdéeA l'occasion de la présentation du rapport d'information de la MEC par Mesdames SAS et ROHFRITSCH, Patrick Hetzel a interrogé les deux rapporteurs.

En effet, MM. Alain Clays et Patrick Hetzel, dans leur  rapport pour le compte de la MEC au sujet du volet enseignement supérieur et recherche du programme des investissements d'avenir avaient fait le même constat que pour le volet transition énergétique du programme, qu'hélas le programme d'investissements d'avenir était aussi l'occasion pour le gouvernement d'annuler des crédits budgétaires afin de procéder à des redéploiements et de mobiliser le PIA sur des financements pour lesquels il n'est pas prévu.

Au-delà de la proposition d'accroître le niveau d'information du parlement sur les décisions de redéploiements des crédits prise par le Premier ministre, Patrick Hetzel souhaite savoir ce qui peut être proposé pour que le gouvernement cesse définitivement de telles pratiques et que le parlement puisse mieux contrôler ?

 

 

Levée de bouclier au sujet du budget de la recherche

Face aux inquiétudes persistantes et l'appel lancé par 7 prix Nobels et une médaille Fields au sujet du budget de la recherche, Patrick Hetzel a tenu à interroger directement la Ministre de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche par rapport à ses choix budgétaires.

« Madame la Ministre. Lors de la discussion du projet de loi de finances pour 2016, j'insistais déjà sur l'opération de bonneteau de votre gouvernement qui, en exécution 2015, gelait des crédits de l'enseignement supérieur et de la recherche pourtant votés par le parlement, ce qui  évidemment remettait en cause votre sincérité budgétaire. Aujourd'hui, vous allez encore plus loin en procédant à 256 Millions d'Euros d'annulations de crédits. Vous avez affirmé cet après-midi qu'il n'y avait pas de problème et que cela n'avait aucune incidence sur le fonctionnement de l'enseignement supérieur et de la recherche.  Sans doute prônez-vous, vous aussi la fameuse maxime : cela va mieux ! A qui pouvez-vous faire croire cela ? En effet, je me suis évidemment renseigné. A titre d'exemple, il  n'y a pas de matelas budgétaire accumulé et de crédits dormants ni au CNRS, ni au CEA. C'est une blague. Certes le fonds de roulement est important mais ce sont des crédits actifs et fléchés sur des investissements et des dépenses d'avenir identifiés. Votre ministère a ces données en sa possession. Le fonds de roulement de ces organismes correspond à un mois et demi de fonctionnement courant, ce qui n'est pas exagéré et c'est même ce qui est préconisé par Bercy. Le compte de résultats (recettes-dépenses) est voisin de zéro au CNRS. Madame la ministre pouvez-vous nous indiquer comment vous allez enfin mettre vos actes en adéquation avec votre stratégie de communication puisque vous nous dites que l'enseignement supérieur et la recherche sont votre priorité ? ».

 

 

Conférence de Xavier Duportet : "Innover en France, les promesses des biosciences"

En sa qualité de co-président du Club Science et Débats, Patrick Hetzel a accueilli pour une conférence Xavier Duportet, Co-fondateur de la start-up Eligo Bioscience.

Ce docteur en biologie synthétique au parcours exceptionnel est élu « innovateur de l'année» par la MIT Technology Review, en 2015. Il s'engage sur la scène nationale, à travers le rôle de vice-président d'Osons la France, un forum dédié à l'économie française. Xavier Duportet est un chercheur très innovant qui sait allier recherche et entreprenariat.
Il voudrait arriver à changer le monde avec la technologie en développant une nouvelle génération d'antibiotiques dits intelligents. « On va devenir les snipers du microbiome pour pouvoir sauver la vie des gens. » dit-il.

Article l'Express, Xavier Duportet, du 20.01.16

 

 

Relation Université/Entreprise

Patrick Hetzel est intervenu au cours de la journée de travail organisée par le parti Les Républicains autour du thème de l'éducation, mercredi le 6 avril 2016.

Il a insisté sur le rôle primordial de l'intensification de la relation université/entreprise afin de faire le maximum pour que les 2,4 millions de jeunes qui sont actuellement dans l'enseignement supérieur français disposent de qualifications suffisantes pour trouver un emploi et être insérés professionnellement.

Colloque Les Républicains, 06.04.16

 

 

Sécuriser la sélection en master

Patrick Hetzel s'est inquiété de la sécurisation juridique de la sélection en master par les universités françaises, suite à une récente décision du Conseil d'Etat.

Dans le cadre de la séance des questions au gouvernement du mercredi 30 mars, Patrick Hetzel a interrogé la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la recherche à ce sujet :

« Ma question s'adresse à Madame la ministre de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Il y a quelques semaines, le Conseil d'Etat a indiqué que sans décret il ne serait plus possible de sélectionner à l'entrée de la deuxième année de master comme cela se fait depuis la création des masters dans toutes les universités françaises. Suite à une concertation avec les présidents d'Université, le secrétaire d'Etat en charge de l'enseignement supérieur indiquait qu'il était disposé à régler cette question par la publication d'un décret qui comporterait en annexe la liste de tous les masters pour lesquels les universités souhaitent maintenir les dispositions actuelles. Cette orientation était de nature à rassurer tout le monde. Or, à la surprise générale, ici même, vous avez tenu des propos déconcertants et très étonnants concernant la sélection qui serait rétrograde et inutile. Vos déclarations ont dérouté au plus haut point les responsables universitaires et suscité l'incompréhension générale. Refuser la sélection à l'entrée des formations c'est laisser se mettre en place une sélection par l'échec à l'université. Sans compter que cela peut créer des flux dans certains masters qui seront en total décalage avec le marché de l'emploi. Ainsi, on ne rend service à personne, ni aux étudiants, ni aux employeurs ni aux universités. Alors Madame la ministre, allez-vous enfin nous dire quelles sont désormais vos intentions ? En effet, il  devient urgentissime pour nos universités de savoir comment s'organisera la prochaine campagne de recrutement en deuxième année de master».

 

 

 

 

 

 

 

 

Place réservée à l'international et aux institutions européennes à l'E.N.A.

ENADans le cadre de la mission d'évaluation et de contrôle des politiques publiques, mercredi 16 mars, a été auditionnée à l'Assemblée nationale la présidente de l'association des anciens élèves de l'Ecole nationale d'administration, Madame Christine Demesse. Patrick Hetzel a demandé à cette dernière quelle était désormais la place réservée à l'international et aux institutions européennes dans le cursus des élèves de l'E.N.A. puis dans leur trajectoire professionnelle.

Depuis plusieurs années, le grief régulier fait à l'ENA est de ne pas accorder assez de place aux aspects internationaux et européens, alors même que la présence de l'école à Strasbourg devrait avoir comme conséquence une plus grande prise en compte de ces dimensions. En effet, il est important que les hauts fonctionnaires français soient bien formés à la fois aux questions européennes et internationales et qu'ils soient aussi plus nombreux à s'impliquer professionnellement dans les institutions européennes afin que la France y exerce une plus grande influence. Madame Demesse a reconnu que cette question était importante, que c'est effectivement un point de faiblesse historique mais qu'au cours des dernières années, la situation était en train de s'améliorer significativement.

 

 

Débat d'évaluation de la politique d'enseignement supérieur

Patrick Hetzel fut l'orateur du groupe Les Républicains dans le cadre du débat d'évaluation de la politique d'enseignement supérieur du gouvernement.

Dans ce débat sur l'enseignement supérieur, il a mis l'accent sur trois aspects :

  • Les priorités budgétaires, pour lesquelles les ambitions affichées par Monsieur Hollande ne se retrouvent pas dans les budgets. C'est le cas notamment pour le financement de la recherche par projet, de l'ANR, agence nationale de la recherche, et des contrats de plan Etat-Région.
  • L'aspect juridique qui est préoccupant particulièrement au sujet des dispositifs de sélection en master et, plus précisément, de la sélection opérée entre le master 1 et le master 2. Comment le Gouvernement compte-t-il sécuriser ses dispositifs ?
  • Les questions d'avenir : L'ambition pour notre enseignement supérieur et notre recherche doit s'exprimer dans la place accordée à la question de l'insertion professionnelle de nos étudiants, qui est particulièrement délaissée depuis quelque temps. De même, Monsieur Hetzel souhaite connaître les intentions du Gouvernement pour permettre d'alléger la gouvernance des universités et leur donner plus d'autonomie. Pour cela, les établissements réclament de la simplification, et les financements ouverts, notamment en provenance du privé, doivent être encouragés à partir des outils existants que sont les fondations, les fonds de dotation ou les chaires.

Plus que jamais, nous devons gagner la bataille mondiale du savoir.



 

 

 

L'intelligence artificielle : réunion du club Science et Débats

Illustration intelligence artificiellePatrick Hetzel a co-présidé une réunion du club Science et Débats sur le thème de l'intelligence artificielle

La réunion du club « Science et Débats » fut l'occasion d'échanger sur le thème de l'intelligence artificielle autour de Yann LeCun, professeur à l'Université de New-York et directeur d'un laboratoire de recherche de Facebook.
Yann LeCun est un chercheur très connu aux Etats-Unis pour ses travaux en matière de développement de systèmes informatiques « intelligents ». Il est actuellement professeur invité au Collège de France.
Son intervention a permis de prendre conscience combien l'intelligence artificielle était devenue un domaine important dans l'économie contemporaine et le rôle qu'elle va encore jouer dans les années à venir pour faire évoluer le système des objets qui nous environnent. Yann LeCun a beaucoup insisté sur le fait que la communauté scientifique était très attachée à développer des connaissances et des technologies qui améliorent le quotidien de l'humanité. Il a aussi beaucoup insisté sur le fait que la recherche la plus performante était une recherche ouverte basée sur une évaluation des chercheurs par leurs pairs.


 

 
Page 2 sur 3 : page précédente |  1  2  3   | page suivante