Levée de bouclier au sujet du budget de la recherche

Face aux inquiétudes persistantes et l'appel lancé par 7 prix Nobels et une médaille Fields au sujet du budget de la recherche, Patrick Hetzel a tenu à interroger directement la Ministre de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche par rapport à ses choix budgétaires.

« Madame la Ministre. Lors de la discussion du projet de loi de finances pour 2016, j'insistais déjà sur l'opération de bonneteau de votre gouvernement qui, en exécution 2015, gelait des crédits de l'enseignement supérieur et de la recherche pourtant votés par le parlement, ce qui  évidemment remettait en cause votre sincérité budgétaire. Aujourd'hui, vous allez encore plus loin en procédant à 256 Millions d'Euros d'annulations de crédits. Vous avez affirmé cet après-midi qu'il n'y avait pas de problème et que cela n'avait aucune incidence sur le fonctionnement de l'enseignement supérieur et de la recherche.  Sans doute prônez-vous, vous aussi la fameuse maxime : cela va mieux ! A qui pouvez-vous faire croire cela ? En effet, je me suis évidemment renseigné. A titre d'exemple, il  n'y a pas de matelas budgétaire accumulé et de crédits dormants ni au CNRS, ni au CEA. C'est une blague. Certes le fonds de roulement est important mais ce sont des crédits actifs et fléchés sur des investissements et des dépenses d'avenir identifiés. Votre ministère a ces données en sa possession. Le fonds de roulement de ces organismes correspond à un mois et demi de fonctionnement courant, ce qui n'est pas exagéré et c'est même ce qui est préconisé par Bercy. Le compte de résultats (recettes-dépenses) est voisin de zéro au CNRS. Madame la ministre pouvez-vous nous indiquer comment vous allez enfin mettre vos actes en adéquation avec votre stratégie de communication puisque vous nous dites que l'enseignement supérieur et la recherche sont votre priorité ? ».