Actualités

Améliorer la retraite des pompiers volontaires

Sapeur-pompierPatrick Hetzel vient de cosigner une proposition de loi qui vise à améliorer la retraite des pompiers volontaires.

Les sapeurs-pompiers volontaires qui s'engagent en plus de leur activité au service des personnes en difficulté, qui font face au danger et qui acceptent de prendre des risques pour leur vie pour sauver celle des autres, doivent être davantage reconnus. Aujourd'hui, une indemnité leur est versée, mais elle est dérisoire par rapport aux services rendus à la Nation. Le sapeur-pompier volontaire bénéficie d'une prestation de fidélité et de reconnaissance lorsqu'il cesse son activité en ayant atteint l'âge de 55 ans et après avoir effectué au moins 20 ans de service.

Le volontariat, avec 200 000 sapeurs-pompiers volontaires, représente 80% des effectifs de sapeurs-pompiers en France et 96 % des effectifs du service de santé et de secours médical. Les sapeurs-pompiers volontaires assurent plus de 50 % des interventions, 80 % dans les zones à caractère rural ; en cas de catastrophe majeure, ils représentent 80 % des effectifs de montée en puissance.

Les sapeurs-pompiers volontaires attendent plus de reconnaissance et celle-ci s'avère d'ailleurs un facteur fort de leur fidélisation. Sans remettre en cause le caractère noble et désintéressé sur lequel repose cet engagement volontaire, une amélioration de la retraite de ces bénévoles serait un signe fort de reconnaissance de la dangerosité et de la pénibilité de leurs missions. C'est pourquoi la proposition de loi envisage d'accorder aux sapeurs-pompiers volontaires une validation de trimestres au titre du calcul des droits à la retraite et une bonification de leurs cotisations retraite.