Prise en charge de l'autisme

Patrick Hetzel cosigne une proposition de résolution invitant le Gouvernement à promouvoir une prise en charge de l'autisme fondée sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé.

A ce jour, on recense 650 000 personnes atteintes de trouble du spectre autistique en France, et environ une naissance sur 100, soit 8 000 naissances par an. En 2014, 44 % des personnes autistes étaient victimes de maltraitance. En outre, 80% des enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) sont exclus de l'école en milieu ordinaire. Ainsi, seuls 20% d'entre eux sont pris en charge conformément au cadre défini par le Gouvernement et aux attentes exprimées par les familles. Si des avancées ont été réalisées notamment par la loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées dite « loi Chossy » de 2005 qui oblige la scolarisation de tous les enfants en milieu scolaire ordinaire, force est de constater que cette loi n'est pas appliquée pour les enfants autistes. De plus, l'autisme a été déclarée grande cause nationale en 2012 peu avant les Recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de Santé (HAS) qui promeuvent les approches développementales et comportementales dans la prise en charge médicale de l'autisme. Depuis lors, le groupe d'études sur l'autisme, créé à l'Assemblée Nationale en 2011 a souligné les nombreuses contradictions entre le discours officiel et la prise en charge effective de ces personnes. Nous proposons donc que notre Assemblée vote une résolution encourageant le Gouvernement français à agir dans le sens des conclusions de la HAS afin de promouvoir une prise en charge effective de l'autisme dans le respect des droits fondamentaux des personnes qui en sont atteintes.