Journal du Député Patrick Hetzel - Mai 2016  
 

 
Edito - Juillet / Août 2016
 

La France en particulier, mais beaucoup de pays occidentaux dont notre voisine, l’Allemagne, connaissent depuis quelques temps des agressions meurtrières d’une barbarie inouïe qui montrent clairement que les terroristes qui les perpétuent, en massacrant des concitoyens,  cherchent à attaquer notre civilisation en son cœur et à travers elle, ses valeurs républicaines et démocratiques.
A cette occasion, je m’autorise à vous adresser aujourd’hui un texte que j’ai publié voici un an, à l’invitation du directeur de l’I.H.E.D.N. (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale) dont je suis un auditeur (52ème session nationale – 1999/2000) dans un ouvrage consacré à l’esprit de défense. J’y développe la thèse selon laquelle, l’esprit de défense est un engagement collectif. J’ai la faiblesse de penser que ce texte est devenu d’une cruciale actualité.  Engageons-nous collectivement pour nos valeurs !
En effet, notre histoire, notre culture et nos valeurs démocratiques, sont des biens précieux qu’il convient de défendre sans relâche. Ce combat est exigeant. Il nécessite persévérance et lucidité car nous devons aussi rester extrêmement attentifs à ce que le piège tendu par la barbarie ne se referme pas sur nous : nos démocraties sont vulnérables. Les ennemis de la liberté savent utiliser la liberté pour la retourner contre les démocraties comme l’expliquait déjà très bien voici plusieurs décennies Jean-François Revel, dans son ouvrage : « Comment les démocraties finissent ».
En somme, il convient, à l’aune de notre actualité, de revisiter la formule du révolutionnaire Saint-Just qui disait qu’il ne devait pas y avoir de liberté pour les ennemis de la Liberté. Plus que jamais, la question politique qui nous est posée est de savoir comment concilier un état de droit, protecteur des libertés collectives et individuelles, avec une lutte efficace et sans merci contre le terrorisme et la barbarie. Nul doute en tout cas, et n’en déplaise à certains, que pour ce faire, nous devrons revoir les moyens d’action et de lutte contre le terrorisme dont dispose notre Etat de droit.

Patrick Hetzel
Député du Bas-Rhin

"L’esprit de Défense : un engagement collectif"

L’esprit de défense est un concept comportant au moins trois dimensions complémentaires. D’abord, l’existence d’une menace sérieuse, ensuite la nécessité d’avoir une société et un système de valeurs à défendre et enfin une capacité à déployer un discours mobilisateur pour convaincre les concitoyens afin qu’ils se sentent concernés et s’engagent. En somme, comme dans toute action humaine, la question qui est posée, c’est celle de savoir comment donner sens à l’esprit de défense. Comment créer, par le sentiment d’appartenance à une même communauté nationale, le besoin d’en défendre les valeurs consubstantielles.

Nos concitoyens en général et les plus jeunes d’entre eux, en particulier, perçoivent souvent les enjeux de défense comme très éloignés. Comme si, depuis la suspension du service national obligatoire, on avait créé une distance entre nos concitoyens et les questions de défense. Comme si, le fait de déployer une armée de métier avait désormais cantonné les questions de défense à un petit cercle d’initiés : les professionnels de la défense. Plus que jamais, il devient donc primordial d’identifier des leviers susceptibles de convaincre nos concitoyens, en ce qu’ils appartiennent à une même communauté nationale, à une même communauté de destin, du bien-fondé et de la nécessité de la diffusion auprès de tous, d’un véritable esprit de défense.

Sans prétendre à l’exhaustivité, au moins trois dimensions constituent des thématiques fortes pour mobiliser : celle de l’Europe et de paix au sein de l’espace européen ; celle de la cybercriminalité ; et la menace que fait peser le terrorisme sur nos sociétés occidentales. Mais la seule manière de recréer un véritable esprit de défense parmi nos concitoyens passe par l’instauration d’un service civique obligatoire.

  • L’Europe : un espace de paix qui s’est banalisé

Les générations qui nous ont précédés savaient estimer la paix. Leurs aînés avaient connu la guerre franco-prussienne de 1870 puis la déflagration de la Première Guerre mondiale. Ils avaient quant à eux, directement connu la Deuxième Guerre mondiale. Lorsque la paix fut rétablie sur le continent européen en général et en France en particulier, ils avaient pleinement conscience qu’il fallait tout mettre en œuvre pour que celle-ci soit préservée. Ils savaient qu’il fallait travailler sans relâche à tisser des liens entre les peuples des Nations européennes sans quoi, nous serions collectivement condamnés à revivre les mésaventures du passé. L’esprit de défense était donc étroitement lié au maintien de la paix en Europe. C’est dans cette perspective que le général De Gaulle, alors président de la République française, avait tendu la main à Konrad Adenauer, chancelier de la toute jeune République fédérale d’Allemagne, et que fut signé le Traité de l’Élysée entre la France et l’Allemagne. La célébration de l’amitié franco-allemande était le socle et le ciment de cette paix retrouvée en Europe.

Plusieurs décennies après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, force est de constater que les jeunes générations vivent dans une Europe en paix et ne se rendent pas suffisamment compte que cette dernière fut obtenue de haute lutte et qu’il convient de continuer à s’investir collectivement pour la garantir. En somme, la paix s’est banalisée, rendant ainsi moins évidente la nécessité de continuer à s’investir collectivement pour la garantir. La paix n’est plus un concept qu’il convient de chérir et défendre. La paix semble devenue consubstantielle à l’espace européen contemporain pour les jeunes Français. Ce qui, dans les faits, est très relatif puisque les conflits dans les Balkans et dans une partie de l’Europe centrale ne sont pas très anciens. Mais nous devons nous rendre à l’évidence que l’inexistence d’un conflit armé sur le sol français depuis une très longue période à l’échelle de l’histoire contemporaine rend nos concitoyens, surtout les plus jeunes, plus distants et moins sensibles quant à leur disponibilité pour développer un véritable esprit de défense.

Cet état de fait doit collectivement nous interroger et nous amener à réfléchir sur les moyens d’action pour y remédier. Des moyens qui doivent et ne peuvent passer que par les politiques éducatives. Il est urgent que l’ensemble des personnels du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche prennent conscience que l’esprit de défense ne saurait être diffusé tel un supplément d’âme d’un cours d’histoire-géographie, mais doit devenir consubstantielle à ces mêmes enseignements. Pour cela, il faut amplifier l’action des fameux trinômes académiques existant entre le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Défense et l’Association des anciens auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale. Mais il faut aussi, démultiplier les actions de formation des formateurs en les armant conceptuellement autour du concept d’esprit de défense.

Par ailleurs, si l’on souhaite redonner corps et dynamisme à une Europe de la paix comprise et chérie par nos concitoyens, il faudra aussi aller plus loin en termes d’Europe de la Défense. Seule manière de recréer aux yeux de nos concitoyens ce lien pourtant indissociable entre Défense et paix. C’est par la construction d’une véritable Europe de la Défense que nos concitoyens pourront percevoir à nouveau l’Europe comme cet espace de paix qu’il faut au sens premier du terme défendre dans le droit fil du fameux adage selon lequel c’est en préparant la guerre que l’on assure la paix.

  • La cybercriminalité : une menace contemporaine qui concerne tout le monde.

Si l’esprit de défense s’est éloigné des préoccupations de nos concitoyens, il est toutefois un domaine au travers duquel il est aujourd’hui très aisé de faire prendre conscience à ces derniers de la nécessité de développer un esprit de défense. Il s’agit des nouvelles menaces qui se sont fortement développées depuis l’explosion des technologies numériques : la cybercriminalité sous toutes ses formes. En effet, cette dernière concerne évidemment au premier chef les États et les entreprises, toutefois cette menace se déploie de manière très importante auprès de beaucoup de nos concitoyens : cartes de crédit détournées électroniquement, intrusions sur les adresses de messagerie électronique, comptes Facebook ou Twitter piratés, voire vols d’identités… Les exemples et les cas emblématiques ne manquent pas. Il y a là véritablement un champ d’action auquel nos concitoyens sont de plus en plus sensibles.

Comme ces actions criminelles sont généralement le fait de réseaux très organisés opérant le plus souvent depuis l’étranger, il y a là un potentiel énorme pour toucher efficacement nos concitoyens et leur faire percevoir que l’esprit de défense est une nécessité pour notre "vivre ensemble". On peut de cette manière leur faire toucher du doigt très concrètement que ce qui peut leur arriver personnellement peut aussi arriver aux organisations pour lesquelles ils travaillent (entreprises privées, services publics, etc.) tout comme cela peut aussi avoir des incidences très dommageables pour la France en tant qu’État, mais aussi en tant que Nation. Il y a donc là aussi un gisement pour développer un discours mobilisateur au service d’un renouveau de l’esprit de défense.

  • La lutte contre le terrorisme comme ciment d’union nationale.

D’une part, les attentats perpétrés le 11 septembre 2001 aux États-Unis et d’autre part, les actes terroristes commis en France en janvier 2015 ont montré au monde entier que le terrorisme international était susceptible de menacer l’Occident et que ses moyens d’action pouvaient entrainer la mort de milliers de personnes en très peu de temps. Sans tomber dans les thèses manichéennes du choc des civilisations, nos concitoyens ont depuis pris conscience que le terrorisme, dont par exemple le djihadisme constitue une forme d’expression, est une véritable menace pour la paix. De fait, l’esprit de défense est susceptible de reprendre pleinement son sens, car nos concitoyens ont parfaitement compris que le terrorisme peut frapper partout et à tout instant.

La menace n’est donc plus lointaine, mais susceptible d’être très proche. Chacun peut directement se sentir concerné, ce qui est évidemment de nature à constituer un terreau favorable pour développer un discours mobilisateur autour de l’esprit de défense indispensable pour lutter contre le terrorisme. D’autant que les moyens pour lutter efficacement passent par différentes formes d’action aussi bien en France qu’à l’étranger. Mais ce qui est essentiel pour lutter efficacement contre le terrorisme en France, c’est que tout le monde doit se sentir concerné et rester vigilant.

  • Conclusion : l’esprit de défense passe par l’engagement citoyen.

Ces trois exemples non exhaustifs, des domaines possibles pour développer un discours mobilisateur en matière d’esprit de défense, constituent des menaces potentielles qui peuvent mettre en péril la France de façon significative : menace de ne plus vivre en paix, menace liée à la cybercriminalité, menace liée au terrorisme. Ces trois domaines semblent particulièrement pertinents pour mobiliser en faveur de l’esprit de défense, car leur perception par nos concitoyens semble possible. Ces menaces peuvent les toucher de manière sensible et donc les convaincre pour se mobiliser.

Toutefois, il semble également très important de ne pas en rester là. Ne pas limiter la mobilisation autour de ce contre quoi il convient de lutter. Pour que le discours soit pleinement mobilisateur, il ne faut pas uniquement se battre "contre", mais aussi se battre "pour" des valeurs. En somme, il est indispensable d’ajouter une dimension positive au déploiement de l’esprit de défense. En effet, pour que nos concitoyens se sentent investis d’un esprit de défense, il faut qu’ils se sentent engagés. Qu’ils se sentent pleinement membres de cette communauté nationale dont ils partagent le destin. Or, pour développer le sens de l’engagement, il faut en revenir au sens du partage et à l’esprit citoyen.

Avant la suspension du service national, cet esprit d’engagement se diffusait chez les jeunes hommes concernés par ce même service national. Depuis, on a cherché à recréer cet état d’esprit de don, de don pour la société qui cimente le lien entre les hommes et les femmes qui la composent, avec le service civique. Plus que jamais, il convient de se poser la question de la généralisation et du caractère obligatoire de ce service civique qui pourrait concerner tous les hommes et les femmes, pour une période d’un minimum de trois mois et d’un maximum d’un an. Ce serait un fantastique élan de notre jeunesse au service de la société, sans compter que ce serait un bon tremplin à l’insertion professionnelle des jeunes.

En tout cas, développer l’esprit d’engagement citoyen est un préalable indispensable à la diffusion de l’esprit de défense. C’est d’ailleurs dans cette perspective que j’ai déposé à l’Assemblée nationale un projet de loi tendant à rendre obligatoire le service civique pour tous les jeunes Français. Donner de son temps pour la communauté nationale et les autres, c’est pleinement s’inscrire dans cette communauté nationale. C’est accepter ipso facto que l’on ait des droits et des devoirs. C’est comprendre que de se préoccuper de l’altérité, c’est aussi s’inscrire dans un destin collectif qui nous transcende. C’est vivre de la façon la plus pleine et entière, le partage au sein d’une communauté nationale qui est, aussi, fait de don de soi.

L’esprit de défense, c’est accepter que l’on puisse mourir pour défendre la Nation. En tout cas, sans engagement et sans don de soi, il ne saurait y avoir d’esprit de défense.

Défendre, c’est s’engager.

 

Lire la suite

Actualités

L’activité parlementaire de Patrick Hetzel saluée par le site Rue89

Dans les médias - 04/08/16

L’activité parlementaire de Patrick Hetzel saluée par le site Rue89

Rue89Strasbourg - publié le 4 août 2016 Le palmarès de l'implication des 9 députés du Bas-Rhin Rédaction de rapports ou de lois, participation aux assemblées ou aux commissions parlementaires, questions orales ou écrites…...

Lire la suite

La lutte numérique contre le terrorisme

Autres actualités - 04/08/16

La lutte numérique contre le terrorisme

Question écrite du député Patrick Hetzel - Question n° 31-00068 : du :date non fixée M. Patrick Hetzel interroge M. le Premier ministre sur la lutte numérique contre le terrorisme. En effet, cette question largement interministérielle qui touche...

Lire la suite

François Fillon : Réunion de rentrée dimanche 28 août 2016

Autres actualités - 29/07/16

François Fillon : Réunion de rentrée dimanche 28 août 2016

Réunion de rentrée à Sablé-sur-Sarthe, le dimanche 28 août 2016 de 11h à 17h30, au Parc du Château, rue du Château, 72300 Sablé-sur-Sarthe. Les inscriptions sont désormais ouvertes ! Pour participer...

Lire la suite

L’Éducation nationale doit progresser dans le domaine de l’évaluation

Dans les médias - 25/07/16

Acteurs Publics TV : Interview de Patrick Hetzel

Acteurs Publics TV - Interview publiée le 20 juillet 2016 Si “la baisse des dotations a permis aux collectivités locales d'être plus efficientes, on aurait tout de même dû faire avec elles un travail en amont pour définir les dotations...

Lire la suite

Soutien au financement des TPE

Economie / Emploi - 25/07/16

Soutien au financement des TPE

Patrick Hetzel vient d'interroger, sous forme de question écrite, le ministre des finances et des comptes publics sur le financement des entreprises de moins de 20 salariés . En effet, aujourd'hui, et ce malgré un certain nombre de difficultés restreignant...

Lire la suite

Patrick Hetzel cosigne une proposition de loi pour lutter contre la fraude mécanique dans le sport

Autres actualités - 25/07/16

Lutter contre la fraude mécanique dans le sport

Alors que la question du dopage est toujours présente dans le sport professionnel, une nouvelle forme de tricherie se développe dans le cyclisme, à savoir la fraude mécanique. Certains cyclistes ont d'ores et déjà été sanctionnés...

Lire la suite

Compte pénibilité : Courrier au Ministre du travail

Economie / Emploi - 22/07/16

Compte pénibilité : Courrier au Ministre du travail

Compte pénibilité : Courrier de Sophie Dion au Ministre du travail, co-signé par Patrick Hetzel et de nombreux parlementaires :

Lire la suite

LCP relate le problème de la nomination  très contestée du président de l'INRA

Dans les médias - 22/07/16

LCP relate le problème de la nomination très contestée du président de l'INRA

LCP relate le problème de la nomination  très contestée du président de l'INRA Publié le 13.07.16

Lire la suite

La revue Nature s'inquiète au sujet de la nomination d'un non chercheur à la tête de l'INRA

Dans les médias - 22/07/16

La revue Nature s'inquiète... 13.07.16

« La revue Nature s'inquiète au sujet de la nomination d'un non chercheur à la tête de l'INRA et mentionne l'action de Patrick Hetzel ». Article publié le 13.07.16        

Lire la suite

Nomination de Philippe Mauguin : le coup du grand switch

Dans les médias - 18/07/16

L'Express : nomination à la tête de l'INRA

L'Express - Brice Lacourieux - publié le 13/07/2016. Voir l'article sur le site de l'Express La nomination de Philippe Mauguin, directeur de cabinet de Stéphane Le Foll, à la tête de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) est...

Lire la suite