Question au Gouvernement

R&D Technology, 20e anniversaire, mai 2019

Rencontres parlementaires pour l'Innovation

Question au Gouvernement

Patrick Hetzel à la tribune de l'Assemblée nationale

Parlement des enfants, rencontre avec une classe de CM2 bilingue à Sarre Union

Parlement des enfants, rencontre avec une classe de CM2 de Neuwiller lès Saverne

30 octobre 2020 – Accès au public des permanences parlementaires de Saverne et Sarre-Union

Bonjour,

Les permanences parlementaires sont considérées comme des services publics. Toutefois, en raison du reconfinement et de la nécessité de limiter très strictement le nombre de personnes simultanément présentes dans les locaux suite à la COVID-19, l’accès physique aux permanences du député Patrick Hetzel s’effectue sur rendez-vous.

Nous sommes bien évidemment joignables par téléphone au 03.88.91.25.88, ou par mail : contact@patrick-hetzel.fr , pour répondre à vos demandes. Merci pour votre compréhension.

Bien à vous,
Patrick Hetzel et son équipe.

Le député Patrick Hetzel vous adresse ses voeux pour 2021

Décembre 2020

Décidément Monsieur Castex n’est vraiment pas fait pour être Premier ministre !

Lors de la nomination de Jean Castex par le Président de la République, parmi les arguments qui étaient avancés pour justifier et légitimer cette décision, on pouvait entendre principalement deux choses. La première était de dire que le « Monsieur Déconfinement » d’Emmanuel Macron était bien placé pour gérer le pays car il s’était retrouvé au cœur de l’appareil d’Etat qui préparait l’après confinement lié à la Covid-19. La seconde était de présenter Jean Castex comme un homme attentif à la France des territoires puisqu’il était maire de Prades.

Quelques mois après cette nomination, force est de constater que le Premier ministre n’est vraiment pas fait pour le job. Il n’est certes pas dépourvu de qualités et notamment humaines, l’homme est plutôt sympathique et d’un commerce agréable, mais dans la tempête il se révèle être piètre capitaine et c’est désolant pour le pays.

En effet, avec un peu de recul, on s’aperçoit que le déconfinement dont Jean Castex avait la responsabilité fut un échec puisque celui-ci n’a quasiment pas existé, comme si nous étions juste passé d’un mode « off » à un mode « on » sans véritable période de transition pour limiter la remontée pandémique comme cela fut le cas dans d’autres pays à travers le monde. En cela, il est d’ailleurs révélateur de constater que le reconfinement a très vite sonné l’échec même du déconfinement. Et ironie du sort, c’est le « Monsieur Déconfinement » d’Emmanuel Macron qui est devenu le « Monsieur Reconfinement » mettant ainsi en évidence les nombreuses limites de la méthode de celui dont on vantait encore quelques semaines avant les mérites.

En quoi la méthode Castex est-elle problématique ? Elle l’est à plusieurs titres. Depuis que Jean Castex est Premier ministre nous découvrons qu’il ne suffit pas d’être maire de Prades pour être imprégné de la réalité de la France des territoires. L’homme est avant tout un très haut fonctionnaire, ce qui n’est pas infamant, mais qui en réalité conduit à des réflexes qui ne sont pas ceux que doit avoir le décideur politique. De fait, il veut tout régenter depuis Matignon et il s’occupe de détails qui ont fini par le ridiculiser. Comme ce décret qui va autoriser la vente des sapins de Noël, en plein air exclusivement, cela va de soi, tout en veillant à ce que les décorations de Noël soient bien classées dans les biens « non-essentiels » empêchant ainsi leur vente. De même, il autorise les stations de montagne à rouvrir en décembre tout en prenant soin d’interdire l’ouverture des remontées mécaniques. Et il le précise bien lors d’une conférence de presse, insistant sur le fait que cela relève de son arbitrage de Premier ministre. Ce qui, non seulement prouve qu’il n’a pas le vrai sens des réalités mais qu’en plus, il se noie dans des détails au lieu d’avoir une vraie vision globale de la situation qui nécessite une vision systémique où l’on attend du Premier ministre qu’il sache trouver une voie du milieu et de la sagesse qui sera équilibrée entre contraintes sanitaires, économiques, sociales et politiques. De tout cela, point, bien au contraire.

Ainsi en est-il évidemment aussi de la décision qui a consisté à établir une classification entre produits essentiels et produits non-essentiels. Une telle approche fleure bon la technocratie soviétique du siècle dernier. Non satisfait de cet exploit bureaucratique, le Premier ministre va évidemment s’appuyer sur cette classification pour maintenir ouverts les magasins de la grande distribution et s’empresser de faire fermer les petits commerces devenus non essentiels. Sa décision créa une stupeur dans tout le pays. Cette décision était incompréhensible et surtout face à la bronca occasionnée, les deux décisions prises par le Premier ministre signent de manière indélébile son incapacité à développer une véritable intelligence situationnelle. Tout d’abord, il décida de réunir les représentants des professions concernées à Matignon pour mener une concertation avec ces derniers. Cette concertation, il aurait bien fait de la conduire avant la prise de décision plutôt qu’après, illustrant par-là combien il était dans une tour d’ivoire à Matignon. Et enfin, la seconde décision, fruit de la concertation, était magnifique d’intelligence hors-sol : comme les « petits commerces non essentiels » sont mécontents car ils ne peuvent pas vendre leurs produits alors qu’ils offrent des conditions sanitaires et de distanciation généralement bien meilleures qu’en grande distribution, au lieu d’ouvrir les petits commerces, il demande à la grande distribution de fermer ses rayons « non essentiels ». Tout est dit.

Voici quelques exemples qui illustrent que Monsieur Castex n’est de loin pas le Premier ministre idéal pour la France. Mais dans tout cela, il y a deux problèmes encore bien plus graves. Le premier : ce sont les Françaises et les Français qui en paient les pots cassés ; le second : celui qu’il faut blâmer bien davantage encore que Monsieur Castex, c’est finalement celui qui crut que ce serait une bonne idée de le nommer à ce poste. En l’occurrence, le chef de l’Etat. Ce qui me conduit à penser qu’Emmanuel Macron n’est décidément pas fait non plus pour être chef de l’Etat, mais cela est encore une autre histoire…

Patrick HETZEL,
votre Député.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques

J'accepteEn savoir plus