Contre l’agri-bashing : la réponse du Président de la République aux députés

Publié le 29/10/2019 dans les catégories Agriculture

Le cabinet du Président de la République répond aux députés : lire la réponse

Contre l’agri-bashing : Patrick Hetzel a cosigné une lettre, datée du 3 octobre, au Président de la République :

« J'attends qu'Emmanuel Macron se saisisse de l'agribashing »

Jeudi 3 octobre, Véronique Louwagie, députée de l'Orne, a rédigé un courrier à Emmanuel Macron, président de la République. Il fait suite à l'incendie des poulaillers, chez Emmanuel Prévost à Normandel (61), mi-septembre.

 « Le déplacement du ministre de l'Agriculture sur place montre l'importance des faits, explique la députée. J'attends une mobilisation nationale sur le sujet. Les agriculteurs ne peuvent plus produire de la même façon que lors des dernières décennies, car il faut prendre en compte l'environnement, l'écologie et les consommateurs. Mais la profession agricole s'est déjà saisie du sujet. » Véronique Louwagie espère que son courrier incitera le gouvernement à prendre en main la communication sur les bonnes pratiques agricoles, pour ne pas laisser la place à de minorités. « Le sensationnel l'emporte sur le rationnel. Le citoyen doit disposer de toutes les vérités de la profession. J'attends que le président de la République se saisisse de l'agribashing. Quand Emmanuel Macron s'engage, c'est son gouvernement qu'il engage. Et donc tout le monde autour de lui ». Véronique Louwagie co-signe sa lettre avec 49 autres députés français, dont trois du Calvados, de la Manche et de l'Orne.

Monsieur le Président de la République,

Le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation s'est récemment rendu dans le département de l'Orne pour constater de la détresse d'une famille d'éleveurs, dont l'outil de travail a été détruit de manière intentionnelle, probablement du fait d'une action violente émanant de la mouvance anti-spéciste ».
Plusieurs collègues députés ont souhaité s'associer à cette démarche, émus par la recrudescence d'actions violentes menées contre nos agriculteurs, nos artisans-bouchers et d'autres professions en lien avec l'industrie agroalimentaire.
Les bornes ont été franchies.
Sans présager des résultats de l'enquête, l'inscription des mots « camp de la mort » et « assassins » sur les murs calcinés de l'exploitation agricole de Normandel (commune nouvelle de Charencey), ne laisse que peu de doute quant à l'origine et à l'intentionnalité de l'acte...
Une chose est certaine, la mouvance « anti-spéciste » a multiplié, depuis plus d'un an, les actes violents et les coûts d'éclats à visée médiatique contre le monde agricole.
Le militantisme est une chose. Chaque individu doit avoir le droit de défendre ses idées dans le cadre du processus démocratique. L'activisme en est une autre, car aucune cause, aussi juste soit-elle, ne légitimise le recours à la violence ainsi que l'atteinte aux biens et aux personnes.
Ces agissements ne servent pas, par ailleurs, la défense de la cause animale.
Défendons l'excellence de notre agriculture !
Comme vous le savez, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a récemment rappelé, pour la troisième fois d'affilée, que le modèle agricole français est le système de production alimentaire le plus durable au monde...
Dans quel autre pays du monde parle-t-on autant et de façon aussi détaillée et constante de nourriture et d'agriculture, d'équilibre alimentaire ? Dans quel autre pays du monde s'intéresse-t-on davantage à la qualité de notre alimentation ?
Notre agriculture est la plus exigeante au monde. Mais alors que nos filières devraient être encouragées à poursuivre leurs efforts, nos agriculteurs ne ressentent que la peur, l'hostilité et le dénigrement systématique d'une poignée d'activistes.
Contrairement à ces activistes qui osent comparer l'élevage à un processus quasi génocidaire, faisons le choix des bons mots pour soutenir l'excellence de notre agriculture. Contrairement à ces activistes qui n'hésitent pas à attenter aux biens et aux personnes pour se faire entendre, adoptons les moyens d'action qui s'imposent.
Nous nous garderons bien de taxer de « violents » tous les défenseurs de la cause animale. Pour autant, les activistes agissent rarement seuls, parfois, d'ailleurs, sous le patronage de certaines associations bien connues. Aussi, ne serait-il pas opportun de s'interroger sur le financement de ces associations et de leurs actions ?
Par ailleurs, s'il faut bien entendu dénoncer les mauvaises pratiques et les mauvais acteurs, vous n'êtes pas sans savoir que ce « lobbying » agressif et négatif dont font l'objet nos agriculteurs, contribue à alimenter une méfiance des français à l'égard de notre modèle agricole, alors même que nombre de professionnels comme Monsieur Emmanuel Prévost (propriétaire de l'exploitation incendiée à Normandel) n'ont de cesse que de se conformer aux exigences toujours plus fortes des consommateurs. Comment un modèle agricole en difficulté pourrait-il se relever si, pour seul encouragement, il ne reçoit que des coups de bâtons ?
Enfin, le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a affirmé votre engagement aux côtés des agriculteurs, à l'occasion de sa venue à Normandel. Aussi, souhaiterions-nous connaître vos intentions sur ce sujet.
Quoi qu'il en soit, nous vous accordons notre confiance pour initier la meilleure réponse possible et surtout réaffirmer l'attachement de la République française à son agriculture.
Certains de l'intérêt que vous porterez à cette problématique qu'est l'agribashing, nous nous tenons à votre disposition et vous prions d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'assurance de notre plus haute considération.

Véronique LOUWAGIE

Cosignent :

M. Damien ABAD (Député de l'Ain), Mme Emmanuelle ANTHOINE (Députée de la Drôme), M. Julien AUBERT (Député du Vaucluse), M Thibault BAZIN (Député de la Meurthe-et-Moselle), Mme Valérie BAZIN-MALGRAS (Députée de l'Aube), Mme Valérie BEAUVAIS (Députée de la Marne), Mme Émilie BONNIVARD (Députée de la Savoie), Mme Valérie BOYER, (Députée des Bouches-du-Rhône), M. Xavier BRETON (Député de l'Ain), M. Fabrice BRUN (Député de l'Ardèche) ; Mme Josiane CORNELOUP (Députée de la Saône-et-Loire), M. Olivier DASSAULT (Député de l'Oise), M Rémi DELATEE (Député de la Côte-d'Or), Monsieur Julien DIVE (Député de l'Aisne), Mme Marianne DUBOIS (Députée du Loiret), Mme Virginie DUBY-MULLER (Députée de la Haute-Savoie), M. Pierre-Henri DUMONT (Député du Pas-de-Calais), M. Daniel FASQUELLE (Député du Pas-de-Calais), M. Nicolas FORISSIER (Député de l'Indre), M. Laurent FURST (Député du Bas-Rhin), Mme Annie GENEVARD (Députée du Doubs), M. Philippe GOSSELIN (Député de la Manche), M. Patrick HETZEL (Député du Bas-Rhin), Mme Valérie LACROUTE (Députée de la Seine-et-Marne), M. Marc Le FUR (Député des Côtes-d'Armor), M Sébastien LECLERC (Député du Calvados), M. Gilles LURTON (Député d'Ille-et-Vilaine), M. Emmanuel MAQUET (Député de la Somme), Mme Frédérique MEUNIER (Députée de la Corrèze), M. Jérôme NURY (Député de l'Orne), M. Jean-François PARIGI (Député de la Seine-et-Marne), M Éric PAUGET (Député des Alpes-Maritimes), M Guillaume PELTIER (Député du Loir-et-Cher), M. Bernard PERRUT (Député du Rhône), Mme Bérengère POLETTI (Députée des Ardennes), M. Alain RAMADIER (Député de la Seine-Saint-Denis), M. Robin REDA (Député de l'Essonne), M. Jean-Luc REITZER (Député du Haut-Rhin), M. Bernard REYNES (Député des Bouches-du-Rhône), M. Vincent ROLLAND (Député de la Savoie), M jean-Marie SERMIER (Députe du Jura), M. Éric S'I RAUMANN (Député du Haut-Rhin), M. Guy TEISSIER (Député des Bouches-du-Rhône), Mme Laurence TRASTOUR-ISNART (Députée des Alpes-Maritimes), Mme Isabelle VALENTIN (Députée de la Haute-Loire), M. Pierre VATIN (Député de l'Oise), M Patrice VERCHERE (Député du Rhône), M. Arnaud VIALA (Député de l'Aveyron), M. Stéphane VIRY (Député des Vosges).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques

J'accepteEn savoir plus