Interview par NewsTankEducation au sujet de la fusion des universités strasbourgeoises et de la situation des Universités en France

Publié le 23/10/2019 dans les catégories Economie Enseignement Sup & Recherche Médias

Le travail des trois groupes missionnés par le Mesri pour lui faire des propositions pour la LPPR « a permis de dresser un état des lieux même s’il est perfectible, car il y a quand même eu un tropisme sur le chiffrage financier », déclare Patrick Hetzel, député LR du Bas-Rhin, membre de la commission des finances de l’Assemblée nationale et futur responsable de son groupe politique sur la LPPR, dans une interview accordée à News Tank, à Strasbourg, le 11/10/2019.
Pour lui, les rapporteurs sont « dans leur rôle », même si leur chiffrage à 4,9 Md€ « correspond un peu à ce qu’il faudrait dans l’absolu “dans le meilleur des mondes” ». Un chiffrage qui a « le mérite d’exister », mais qui « n’est pas réaliste dans le jeu des contraintes budgétaires actuelles de notre pays ». En outre, la vigilance sera de mise : « On voit que 200 M€ ont déjà été rognés du budget initial annoncé il y a six mois pour la future loi de programmation pour la justice ».
Patrick Hetzel cible aussi une défaillance du CIR qui « suit vraiment une loi de Pareto, avec 20 % de grandes entreprises qui captent 80 % du budget que l’État lui alloue. Il y a donc un vrai sujet de très forte concentration, avec deux tiers des crédits pris par une cinquantaine d’entreprises. La Cour des comptes elle-même s’interroge sur l’efficacité de cette répartition avec de grands groupes qui utilisent le CIR pour faire de l’optimisation fiscale. Il faudra peut-être mettre en place un système de plafonnement ».
Le député réagit aussi sur deux autres dossiers politiques : la réforme des retraites à venir dans laquelle il voit « un risque de double peine pour les chercheurs académiques » et le futur CPER pour lequel il dénonce un « stop & go de l’appareil de l’État qui illustre encore une fois très clairement la guerre entre Matignon et Bercy ».
Dans cette interview, Patrick Hetzel revient enfin sur la mission d'évaluation du financement public de la recherche dans les universités qu’il a coprésidée avec Amélie de Montchalin à l’Assemblée nationale en 2018.
Pour cet ancien Dgesip, ces auditions constituent « avant tout une grosse pierre dans le jardin de la DGRI », car selon lui, elles ont notamment révélé que le Mesri « n’arrive pas bien à piloter les organismes de recherche ».

Patrick Hetzel répond à News Tank

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques

J'accepteEn savoir plus