Stop Covid-19

Publié le 29/05/2020 dans les catégories Santé

Alors que le Gouvernement avait accepté l’idée d’organiser un vote sur l’instauration d’une application de suivi des personnes malades du coronavirus le 28 avril (alors que l’application n’était toujours pas prête), le Premier Ministre a décidé le samedi 25 avril de le remplacer purement et simplement par une déclaration du Gouvernement relative à la stratégie nationale du plan de déconfinement dans le cadre de la lutte contre l’épidémie Covid-19. Ce débat s’est finalement tenu le mercredi 27 mai à 15h.

Il n’en demeure pas moins que cette application pose toujours un certain nombre de questions tant d’un point de vue juridique, éthique et sociétal, que de son utilité et de son efficacité. Alors que le déconfinement est déjà bien entamé, l’application n’est toujours pas prête et ses contours restent flous.  De plus, la loi dite « Urgence 2 », promulguée le lundi 11 mai, a acté la création d’un système d’information comportant des données de santé et d’identification, afin d’identifier les personnes infectées ou susceptibles de l’être, ainsi que celles qui furent en contact avec elles.

Devant servir à une stratégie globale de déconfinement elle ne présente plus aucune utilité, tant sur son retard d’exploitation, sur le taux de pénétration bien trop faible qu’elle aurait sur la population et sur une redondance avec une application déjà créée.

L’utilisation d’une application dont les objectifs, les techniques et les conditions mêmes d’usage comportent des risques trop importants sur nos libertés avec des résultats inconnus, ne saurait être acceptable.
Cette application ne présentant aucun intérêt et étant dangereuse pour les libertés individuelles, Patrick Hetzel a voté contre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques

J'accepteEn savoir plus